Coursier indépendant : Les plateformes ne sont pas vos seules options de travail

Le métier de coursier, c’est grandement développé ces dernières années, avec les sociétés de livraison rapide de petit colis et plats préparés. Débuter en tant que coursier à vélo pour ensuite travailler avec des entreprises privées ou pour transporter des objets en plus grande quantité et plus grands formats, c’est possible en tant qu’indépendant et surtout une façon de devenir moins dépendant des plateformes.

Comment s’y prendre, quelles sont les différentes démarches à réaliser pour y arriver ? Regardons de plus prêt ce qui vous attends si vous souhaitez vous lancer dans ce projet.

Le métier de coursier, un métier plus vieux que les start-up de livraison

Les start-up de livraisons comme Ubers Eats ou Stuart sont de plus en plus nombreuses dans les villes, mais le métier de coursier est lui bien plus ancien que ces start-up. C’est à San Francisco au XIXème siècle qu’a eu lieu la première livraison par un coursier, appelé à cette époque « messager ».

En France, ce métier est réapparu grâce à la grande grève des transports survenus en 1996. Durant cette période, il n’y avait qu’un seul coursier à Paris, il a été licencié à la fin de la grève par la société Triumph. Cependant de nombreuses sociétés se sont lancées dans ce service et ont embauché de nombreux coursiers.

Aujourd’hui, en ville il est rare de ne pas croiser de coursier à vélo qui travail pour une plateforme, c’est pratique pour les entreprises qui ont besoin de faire livrer des biens de consommation. C’est une méthode rapide, en évitant les différents encombrements routiers et c’est écologique.

Réglementation, assurance et matériel un coup à ne pas négliger

Se lancer en tant qu’indépendant dans le service de livraison, implique de réaliser de nombreuses démarches administratives et de connaître la réglementation en vigueur. Pour vous aider voici une partie des notions importantes à connaître.

Quel statut choisir pour ma société de livraison ?

Pour se lancer en tant que coursier, il faut créer une société, vous aurez le choix entre plusieurs statuts, celui d’auto-entrepreneur qui est idéal pour débuter en tant que coursier. Mais si vous souhaitez évoluer vers une activité plus importante la SASU ou l’EURL sont des statuts nécessaires pour travailler correctement.

En tant que livreur indépendant, il faut savoir que la SASU est soumise à l’impôt sur les sociétés (IS) tout en ayant la possibilité de choisir l’(IR) durant 5 ans et à l’inverse la EURL est soumise à l’IR, tout en pouvant opter pour l’IS également pendant 5 ans.

La différence entre l’IS est l’IR, c’est que l’IS impose le bénéfice à un taux fixe de 15% jusqu’à 38 120€ et ensuite 33,33%. Tandis que l’IR taxera les bénéfices de la société sur les revenus du foyer fiscal, il implique donc vos revenus familiaux.

Quelles sont les formalités pour créer une SASU ou une EURL ?

Sachez que créer une entreprise en SASU ou EURL est plus complexe et coûteuse que de créer une auto-entreprise. Voici un échantillon de ce que vous devrez faire comme démarche au moment de créer votre entreprise.

  • Vous devrez rédiger votre statut de SASU ou d’EURL
  • À partir de là vous devrez domicilier votre société, vous pourrez le faire directement chez vous, c’est-à-dire vous-même, sans frais.
  • Un capital social doit être déposé en banque, en échange d’une attestation de dépôt de fond qui vous sera demandée au moment de l’immatriculation de votre société.
  • Vous devrez publier une annonce dans le journal d’annonce légale
  • Remplir le Cerfa M0, qui est essentiel pour l’immatriculation et l’établissement du régime fiscal
  • Remplir et déposer le dossier d’immatriculation au Centre des Formalités des Entreprises du département où se trouve la société

Ce sont des étapes qui peuvent vous prendre du temps au moment de les faire et pour lesquelles il ne faut surtout pas faire d’erreur, avec l’administration une simple erreur dans un formulaire peut bloquer tout le processus de création de votre entreprise.

Sachez, que pour éviter de rencontrer ce type de problème, il est possible de faire faire ces démarches par des entreprises spécialisées pour moins de 500 €.

Ne pas oublier les assurances professionnelles et personnelles

Il est nécessaire que vous souscriviez à une assurance responsabilité civile professionnelle. Cette assurance permettra d’être couvert en cas de besoin, si vous êtes dans l’obligation d’indemniser un tiers pour cause d’un préjudice durant son activité professionnelle par exemple.

Personnellement il est important de prendre une mutuelle santé, pour couvrir vos différents soins personnels et en cas d’accident durant vos heures de travail. Pensez à bien regarder les offres des différentes mutuelles santé, parmi elles certaines proposent des packs conçus pour les coursiers.

Quelle est la réglementation en vigueur en tant que coursier indépendant ?

Pour pouvoir transporter des marchandises, vous devrez obtenir la capacité de transport, qui s’obtient à la suite d’un stage de formation, se déroulant sur 10 jours dans un centre agréé. Sachez que vous êtes exempté de cette formation, si vous avez déjà obtenu un BAC professionnel « exploitation des transports ».

Il est nécessaire d’être inscrit au registre des transports et des loueurs en plus du registre des commerces. Pour cela il faut faire une demande auprès de la DREAL (Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) ou la DRIEA (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Equipement et de l’Aménagement d’Ile-de-France).

Les frais dont il faut tenir compte lorsque l’on est coursier

Lorsque vous lancer votre activité de coursier indépendant, vous allez avoir de nombreux frais matériels, en commençant par l’achat d’un véhicule pour transport des colis que vous allez livrer. Camionnette ou camion livre à vous d’estimer et de sélection le véhicule adapté au type de livraison que vous souhaitez effectuer.

À partir de là, n’oubliez pas les différents frais qui s’appliquent sur ce véhicule, même si votre choix se porte sur un véhicule neuf, vous allez l’utiliser chaque jour et faire de nombreux kilomètres avec, ce qui va l’user avec le temps. Un entretien continuel sera donc nécessaire, pour disposer toujours d’un véhicule opérationnel, véhicule neuf ou d’occasion des pannes peuvent survenir, si vous êtes un peu bricoleur vous pourrez facilement réparer avec des pièces détachées trouvables sur Internet comme sur le site piecesauto.fr mais si vous êtes novice les couts du garage peuvent ne pas être négligeables.

À côté de ces différents frais, il faut ajouter que la possession d’un véhicule professionnel, vous impose de l’assurer, vous devrez donc souscrire à une assurance véhicule professionnelle, car votre assurance personnelle ne sera pas suffisante.

Vous pouvez aussi passer par une formation professionnelle accélérée pour ne rien manquer

Il n’y a pas de formations obligatoires pour devenir coursier, chauffeur-livreur, mais il est toujours mieux de se former avant de se lancer. Pour cela, il existe plusieurs types de formations dites en accélérée, qui vous prendront quelques jours à quelques semaines, qui sont :

  • Le Titre Professionnel Conducteur(trice) Livreur(euse) sur Véhicules Utilitaires légers, celle-ci se déroule sur 7 semaines. Pour cette formation, vous aurez des modules à valider, vous apprendrez les éléments essentiels à connaître en tant que livreur.
  • Le CFP (certificat de formation professionnelle) conducteur de marchandises ou un CAP conducteur livreur de marchandises. En cas de transport de plus de 3,5 tonnes, vous serez dans l’obligation de passer la formation FIMO (Formation Initiale Minimum Obligatoire) qui s’effectue sur 140 h.

Combien pouvez-vous gagner en tant que coursier indépendant hors plateforme ?

Lorsque l’on se lance dans une activité en tant qu’indépendant, il n’y a pas de salaire fixe minimum, vous êtes un chef d’entreprise votre rémunération dépend du résultat de votre entreprise. C’est une activité qui peut rapporter beaucoup, la moyenne d’un salaire en tant que livreur en France est de 2 881 € brute par mois. Ce salaire varie en fonction du nombre de livraisons effectuées, mais aussi en fonction des différents pourboires que vous recevrez.

C’est donc un métier qui peut bien rapporter lorsque l’on se donne véritablement les moyens, en faisant le plus d’heures et de livraisons possibles, mais aussi en fonction des différentes charges que vous aurez mensuellement qui peuvent elles-mêmes varier.

Nous serions ravis de connaître votre avis

      Laisser un commentaire

      Coursier à Vélo